20.04.2017, 17:04

Nyon: trois films valaisans en sélection à Visions du Réel

chargement
1/3  

 20.04.2017, 17:04 Nyon: trois films valaisans en sélection à Visions du Réel

cinéma Trois réalisateurs du canton, Frédéric Favre, David Maye et Mélanie Pitteloud, présentent leur film dans la sélection officielle de Visions du Réel. Le festival, sis à Nyon, a démarré vendredi et s'y tiendra jusqu'au 29 avril prochain. Petit tour d'horizon.

Ils sont tous trois Valaisans, réalisateurs, et attirés par ce cinéma qui montre la réalité. Leur sensiblité et leur talent ont tapé dans l'oeil de Visions du Réel, festival international de cinéma qui se déroule depuis vendredi à Nyon. Frédéric Favre, David Maye et Mélanie Pitteloud y présentent chacun un film dans la sélection officielle de l'événement. 

La Patrouille comme Chemin personnel

"Encordés", de Frédéric Favre, immerge le public dans l'impressionnante Patrouille des Glaciers, une course qu'il suit de l'intérieur, à travers les destins de trois sportifs. "Je veux montrer qu'au fond, cette course est un prétexte, elle est un moyen pour atteindre une fin plus spirituelle. Pour traduire cela, j'entremêle les histoires contrastées de trois personnes qui, mises ensemble, forment un seul récit", explique le réalisateur.
 


Le Rhône dans tous ses états

De son côté, Mélanie Pitteloud, avec "Dans le lit du Rhône", dresse un portrait du fleuve dans notre canton, et des relations ambigües que les Valaisans entretiennent avec lui. Elle présente: "L'idée m'est venue quand j'ai entendu parler de la troisième correction du Rhône. Je trouvais ça intriguant de vouloir redonner de l'espace à celui que l'on avait historiquement voulu endiguer". A travers ce sujet, la Valaisanne souhaite "avoir des clés de lecture de l'histoire et de l'identité du canton".
 


Intime maladie 

Enfin, David Maye s'attèle à faire vivre, dans "Les grandes traversées", l'histoire d'une famille, la sienne, touchée par la maladie et la mort. "Le déclic, je l'ai eu le jour où ma soeur nous a annoncé qu'elle était enceinte. Je l'ai vue allongée à côté de ma mère, malade d'un cancer, et quelque chose m'a sauté aux yeux: la vie, face à la mort.", explique le cinéaste. Si son long-métrage aborde la douleur, son objectif n'a rien de misérabiliste: "Le but est de montrer ce que la vie peut faire, face à la mort". 


Tout le programme de Visions du Réel ici.


Top