20.04.2017, 00:01  

Une première pour les hooligans sédunois

chargement
Une première pour les hooligans sédunois
Par Gilles Berreau

VIOLENCE - Outre l’interdiction de stade, les agresseurs des Servettiens pourraient être obligés de pointer lors de chaque match.

A la suite de l’attaque du car des joueurs du Servette FC ce week-end en Argovie, les agresseurs, des fans du FC Sion, pourraient écoper de plusieurs années – on parle de trois ans – d’interdiction de stade de la part de la Swiss Football League. Mais ce n’est pas tout. En prime, le commandant de la police valaisanne Christian Varone évoquait mardi la possibilité, en plus d’une interdiction de périmètre des stades suisses, d’obliger les hooligans à se présenter à un poste de police lors des rencontres, pour s’assurer qu’ils restent éloignés des stades. Mais attention, cette dernière mesure est considérée comme l’ultima ratio. La preuve: aucune décision de ce type n’a encore été prise en Valais. Sur le plan suisse, actuellement seulement dix personnes sont frappées par cette solution drastique.

Bientôt en Valais aussi

En Valais en tout cas, le vent semble avoir tourné. Stéphane Vouardoux, porte-parole de la police cantonale, annonce: «Prochainement une telle mesure va être appliquée pour la première fois. Ce sera à l’encontre de la personne qui a lancé des pétards lors du match Sion - Saint-Gall du 5mars. Des explosifs qui ont provoqué des troubles auditifs à des enfants.»

De plus, la police valaisanne confirme que, selon les résultats de l’enquête sur l’attaque de ce week-end en Argovie, elle pourrait de nouveau utiliser cette ultime option pour l’instant jamais utilisée. «Il faut comprendre que les mesures sont appliquées de manière progressive, avec tout d’abord l’interdiction de périmètre. Ensuite, l’obligation de se présenter au poste est introduite si l’on a affaire à un récidiviste ou dans des cas particulièrement graves», précise Stéphane Vouardoux.

Cent quarante-cinq interdictions en Valais, 1500 hooligans fichés en Suisse

En janvier 2017 en Suisse, outre les 10 personnes qui avaient l’obligation de se présenter à la police, 524 étaient sous l’interdiction de stade et 524 sous l’interdiction de périmètre, selon les chiffres fournis par David Lerch, chef de la section hooliganisme du Département fédéral de justice et police. De son côté, le Valais n’est pas en reste. «Actuellement dans notre canton, 112 personnes sont interdites de stade et 33 font l’objet d’une interdiction de périmètre», indique Stéphane Vouardoux.

De plus, entre juillet 2016 et janvier 2017, 110 personnes ont été enregistrées dans le fichier suisse des hooligans. Ces personnes restent enregistrées encore durant trois ans après l’échéance de la dernière mesure.

Aussi, un peu plus de 1500 personnes figuraient dans ce fichier en janvier dernier, en majorité en lien avec le football, le solde concernant le hockey. Les infractions les plus fréquentes sont, dans l’ordre décroissant: l’émeute, les explosifs, les cagoules, les violences ou menaces contre fonctionnaires, les rixes et les dommages à la propriété.

gb


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top