21.04.2017, 00:01  

Des villageois malmènent un homme pris pour un pervers

Abonnés
chargement
Selon certains villageois, l’homme aurait été aperçu à plusieurs reprises devant l’école primaire de Courtion.

 21.04.2017, 00:01   Des villageois malmènent un homme pris pour un pervers

Par ats

Dans le canton de Fribourg, des villageois ont malmené un touriste chinois âgé d’une soixantaine d’années, qu’ils prenaient à tort pour un pervers. Ils étaient échaudés par des rumeurs au sujet d’individus louches rôdant près de l’école.

L’incident s’est produit le mercredi 5 avril peu avant 20h, à Cormérod, dans le district du Lac. Ce grand-père, domicilié dans une grande...

Dans le canton de Fribourg, des villageois ont malmené un touriste chinois âgé d’une soixantaine d’années, qu’ils prenaient à tort pour un pervers. Ils étaient échaudés par des rumeurs au sujet d’individus louches rôdant près de l’école.

L’incident s’est produit le mercredi 5 avril peu avant 20h, à Cormérod, dans le district du Lac. Ce grand-père, domicilié dans une grande ville chinoise, était en visite chez sa fille et son gendre. Il aimait faire de nombreuses balades dans ce coin de campagne.

Pas de plainte

Des habitants ont trouvé suspect cet étranger qui se promenait souvent dans le village. Ils lui ont demandé des explications, mais il ne comprenait ni ne parlait le français. Le sexagénaire a eu peur, a appelé au secours et a tenté de s’éloigner.

Il semble qu’il a été retenu assez fortement par plusieurs personnes, affirme le porte-parole de la police cantonale Martial Pugin. Quand les agents sont arrivés, il était assis sur le sol et une dizaine de personnes étaient présentes, dont trois près de lui.

La victime a subi des douleurs superficielles au dos et des égratignures à un genou. Elle n’a toutefois pas manifesté la volonté de saisir la justice. Il n’y aura donc aucune suite, car les cas de voies de fait ne sont poursuivis qu’en cas de plainte. La rumeur qui enflait sur les réseaux sociaux au sujet d’éventuels pervers dans la région ne reposait sur aucun fait avéré, dit la police. Et de demander aux citoyens de ne pas intervenir eux-mêmes s’ils jugent un individu suspect. Il faut téléphoner au 117. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top