07.12.2017, 00:01  

L’église renaît sous d’autres cieux

Abonnés
chargement
Le plafond a retrouvé son apparence d’avant 1959. Il a délaissé le beigeâtre pour un ciel bleu gorgé d’étoiles.

 07.12.2017, 00:01   L’église renaît sous d’autres cieux

Par noemie.fournier@lenouvelliste.ch

ARDON L’église Saint Jean-Baptiste a retrouvé sa fougue d’antan, après une fermeture qui aura duré huit mois. Les travaux ont coûté 1 million de francs. L’église est désormais classée d’intérêt historique cantonal.

plus qu’une réouverture, un renouveau. L’église d’Ardon, restée close durant huit mois, s’apprête à dévoiler son nouvel apparat. Somptueux de lumière. Il faut dire que la bâtisse de 1891 n’avait pas grande réputation. «Trop sombre, triste, c’était une église à fuir!» ose le curé Daniel Reynard. «Sa couleur beigeasse était typique de la vaisselle et du carrelage des années...

plus qu’une réouverture, un renouveau. L’église d’Ardon, restée close durant huit mois, s’apprête à dévoiler son nouvel apparat. Somptueux de lumière. Il faut dire que la bâtisse de 1891 n’avait pas grande réputation. «Trop sombre, triste, c’était une église à fuir!» ose le curé Daniel Reynard. «Sa couleur beigeasse était typique de la vaisselle et du carrelage des années 60», s’amuse ce dernier.

Avec émotion, une pointe d’impatience aussi, il officiera dès dimanche dans un chœur où le beige a laissé place à un ciel bleu gorgé d’étoiles. «Jusqu’en 1959, l’église ressemblait déjà à cela», poursuit le curé. Pour preuve, est laissé au plafond un rectangle de peinture d’origine. «Aux murs, des fleurs ont été ajoutées pour accentuer l’ambiance de paix et inviter les visiteurs à la méditation», poursuit-il.

Une contemplation renforcée par l’éclat des vitraux restaurés qui viennent se refléter sur les parois fraîchement peintes. Le tout surmonté de nouveaux lustres contemporains qui se marient sans peine au décor.

Fine prête pour samedi

«Le résultat a été rendu possible grâce à l’excellente collaboration entre la commune, le canton, les restaurateurs, le conseil de gestion de la paroisse et les entreprises», souligne Gérard Valette, responsable technique des travaux. Ainsi, autant le délai que le budget, de 1,08 million, ont été respectés. Aujourd’hui, l’église Saint-Jean-Baptiste est fine prête pour sa réouverture. «Tous les chanteurs s’extasiaient sur l’acoustique du site, se souvient Daniel Reynard. Désormais, on peut se targuer d’avoir un aspect esthétique en accord.» L’Octuor vocal de Sion en sera juge samedi à 20 h lors d’un concert de Noël.

Dimanche, les paroissiens délaisseront enfin la halle polyvalente. «Un vrai cadeau de Noël pour ces derniers qui sont dans l’attente de retrouver leur lieu de culte, rénové en plus», confie Daniel Reynard. Un bonheur partagé par le Conseil communal ravi de remettre à disposition des citoyens un monument qui leur appartient.

Un monument d’ailleurs classé d’intérêt historique cantonal depuis la rénovation. «Avant, seul le clocher avait cette distinction. Aujourd’hui, elle concerne l’ensemble du lieu», s’enthousiasme le conseiller communal Jean-Louis Monnet.

Du désamour à l’union

Grâce à cette rénovation, c’est la vision et l’appréciation même de l’église qui est changée. Autrefois évitée, l’église d’Ardon se présente aujourd’hui transformée. Preuve du désamour passé, un seul mariage fut célébré en son sein ces dix dernières années. «Mais un couple a déjà réservé pour le mois de juin!» s’émerveille le curé Daniel Reynard.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top