20.04.2017, 21:30

Le Valais durement refroidi

Abonnés
chargement
1/17  

 20.04.2017, 21:30 Le Valais durement refroidi

Par Jean-Yves Gabbud

GEL La première nuit de froid a fortement endommagé 10% du vignoble. Des températures plus glaciales ont été enregistrées la deuxième nuit. L’émotion est vive chez les agriculteurs.

Le Valais a déjà été frappé par deux nuits de froid extrême. Et ce n’est pas fini. Les cultures, les vignes et les abricotiers en particulier, ont été durement touchés.

10% du vignoble endommagé en une nuit

Pour la seule première nuit, celle de mardi à mercredi, l’Etat du Valais estime que 10% du vignoble a été gravement endommagé, soit...

Le Valais a déjà été frappé par deux nuits de froid extrême. Et ce n’est pas fini. Les cultures, les vignes et les abricotiers en particulier, ont été durement touchés.

10% du vignoble endommagé en une nuit

Pour la seule première nuit, celle de mardi à mercredi, l’Etat du Valais estime que 10% du vignoble a été gravement endommagé, soit plus de 500 hectares essentiellement entre Sion et Martigny.

Durant la nuit suivante, les températures ont été encore plus extrêmes. Selon MeteoNews, il a fait moins 12,9 degrés à Viège à 5 centimètres du sol durant la nuit de mercredi à jeudi. Cette fois, les vignes situées entre Viège et Sion ont aussi été touchées. Pour cette deuxième vague de froid, aucun bilan chiffré n’a été établi par les instances étatiques.

Tout le canton touché

Par contre, les professionnels ont visité leurs biens et font une première estimation de l’étendue des dégâts.

Du côté de Provins, le directeur Raphaël Garcia doit constater qu’il y a eu «des dégâts considérables» dans les vignes de la coopérative, qui s’étendent de Sierre à Vouvry. «L’ensemble des vignes de plaine ont été touchées, en rive droite comme en rive gauche, à des degrés divers, allant de 20% à 100%. Certains coteaux ont aussi été frappés.»

Dominique Rouvinez, œnologue de la cave du même nom, constate que la deuxième nuit de gel a frappé fort: «Sur la colline de Géronde à Sierre, il n’y a pas eu de gel dans la nuit de mardi à mercredi. Par contre, dans celle de mercredi à jeudi, 50% du feuillage a été détruit. Sur les collines, nous sommes souvent protégés lorsqu’il y a du gel de printemps avec un peu de vent qui empêche le froid de se déposer, mais ce ne fut pas le cas la nuit dernière.» Les domaines Rouvinez ont également eu de grosses casses sur leurs parcelles à Leytron. A Fully par contre, en plein coteau, le gel n’a pas causé de dégâts.

Désespoir sur le coteau

Certains agriculteurs vivent des moments dramatiques. C’est le cas d’Olivier Kohli, éleveur de vaches de la race d’Hérens et propriétaire d’abricotiers sur les hauts de Saxon. Il ne cache pas son émotion. «Lorsque j’ai vu les dégâts sur mes abricotiers, j’ai pleuré. J’ai passé tout l’hiver à tailler mes arbres et je n’aurai aucun salaire.» Sa récolte d’abricots a été réduite à néant en deux nuits de gel.

D’autres professionnels ont eu un peu plus de chance. Albert Pitteloud, qui possède des vignes, des abricotiers et des fraises en plaine dans la région sierroise, est plus positif. «J’ai lutté par aspersion. Il y a très peu de dégâts sur les vignes, environ 5% principalement sur les bordures. Les fraises n’ont pas été touchées parce qu’on a lutté. Par contre les abricots ont été détruits à 30%.» La multiplication des nuits de froid risque de donner le coup de grâce à ce qui a résisté.

Qui peut aider les agriculteurs?

Une question qui revient souvent: que peut faire l’Etat pour aider les agriculteurs touchés? La réponse de Gérald Dayer, chef du Service de l’agriculture: «Nous pouvons intervenir au niveau des liquidités, par le report des remboursements de crédits, par l’octroi de nouveaux crédits. Pour les agriculteurs qui doivent renouveler leurs plantes, nous pouvons aussi leur octroyer un crédit spécifique. L’Etat peut aussi fournir des conseils, tant financiers que techniques.» Dans le communiqué diffusé hier par l’Etat, il est mentionné «qu’en cas de dégâts importants, des aides spécifiques pourront également être accordées».

La commission thématique du Grand Conseil chargée de l’agriculture a siégé hier, sous la présidence du député et viticulteur Emmanuel Chassot. La question des dégâts causés par le gel a été abordée. Les décisions de cette commission seront communiquées ce vendredi matin. JYG


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top