21.04.2017, 00:01  

Pas de Fartisâna en 2017

chargement
Stéphanie Germiquet espère que Fartisâna reprendra vie dès 2018.
Par fabrice zwahlen

Organisé non-stop depuis deux décennies, le principal rendez-vous des artisans n’aura pas lieu cette année.

Figurant parmi les manifestations phares de la ville de Monthey depuis vingt ans, Fartisâna fait une pause. L’incontournable rendez-vous de la rentrée d’août n’aura pas lieu cette année. Présidente du comité de ce grand marché artisanal organisé sur une journée, Stéphanie Germiquet a pris cette décision à l’automne 2016. Un choix douloureux mais mûrement réfléchi qui ne doit rien au hasard. «Je me retrouve seule au comité et je ne voulais pas y laisser ma peau, explique-t-elle. J’ai donc choisi de prendre quelques mois de réflexion, le temps de décider s’il faut dissoudre ou non notre société. Les artisans ont été avertis.»

Quelques contacts

A la tête de cette manifestation – pérenne financièrement – depuis 2014, Stéphanie Germiquet poursuit: «Avec mes trois collègues du comité, nous avons voté la dissolution mais moi, contrairement à eux, j’ai décidé de revenir en arrière. Je veux que ce rendez-vous perdure.» La voici donc en stand-by. «Actuellement je suis en contact avec deux personnes, dont l’une de la région pour qu’elle entre au comité mais pour l’heure rien n’est acquis.»

Commerçants ciblés

Malgré les vicissitudes vécues, la Saviésanne n’en démord pas: «Fartisâna c’est le regroupement de quelque 80 artisans exceptionnels venus des quatre coins de Romandie.» Un vrai cri du cœur. La mauvaise météo de ces dernières années, notamment en 2015, n’est pas en cause pour expliquer l’option choisie. «Nous manquons de soutien des commerçants locaux. Certains de ceux qui ont leurs échoppes à la rue des Bourguignons ou à Tübingen nous font bien sentir que nous ne sommes pas les bienvenus. A chaque fois, ils rouspètent lorsque l’on définit l’emplacement de nos stands. Et pourtant, chaque année, on fait le tour des commerces pour écouter leurs conditions et leurs doléances.» De quoi saper le moral. Une situation difficilement compréhensible, si l’on songe qu’à Fartisâna, aucun point de restauration/boisson n’est organisé afin de ne pas concurrencer les professionnels locaux.

Prête à s’en aller

Président d’Artcom – la société des artisans et commerçants de Monthey – Charles Niklaus confirme: «C’est un rendez-vous apprécié de nos membres, notamment par le fait que cela ne fait pas concurrence à leur travail. Pour notre part, nous sommes en train de réfléchir à créer une fête des commerçants de Monthey sur un week-end.»

Les travaux au centre-ville et l’absence de gratuité des parkings pour les artisans en 2016 a contrario de 2015 sont également des éléments qui auront joué un petit rôle dans ladite prise de décision. Bien que «cela soit un plaisir d’organiser Fartisâna, je suis prête à laisser ma place si un comité complet se présente, conclut la Saviésanne. La forme du marché pourrait également évoluer si besoin.»

non à une reprise

«Monthey Tourisme (MT) est au courant de notre situation depuis novembre dernier mais n’a pas fait grand-chose pour nous, déplore Stéphanie Germiquet. J’ai l’impression que l’on ne considère pas Fartisâna à sa juste valeur.»

Son de cloche différent du côté de l’office du tourisme. Caroline Dayen, sa directrice, précise: «Aucune demande ne nous a été faite d’en reprendre l’organisation. Pour rappel, MT avait donné un coup de main en 2014, après la démission en bloc du précédent comité fin 2013. Il s’agissait d’une année de transition, le temps pour la nouvelle équipe de gérer le tout de manière autonome.»

Pour Caroline Dayen, MT ne se muera pas en organisateur: «Nous mettons déjà sur pied une quinzaine d’événements. Nous n’avons pas les ressources internes pour reprendre Fartisâna qui demande beaucoup de travail. En revanche, je peux vous certifier que nous considérons Fartisâna à sa juste valeur et que nous sommes très déçus de la voir s’arrêter.» Pour l’heure, Stéphanie Germiquet n’a pas pris langue avec les autorités politiques de la cité. fz


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top