20.05.2017, 00:01  

Vers une mobilisation générale

chargement
Les acteurs touristiques de Morgins espèrent que la crise actuelle débouchera sur un avenir plus serein.
Par fabrice zwahlen

Les problèmes économiques de la société de remontées mécaniques ne laissent personne – commerçants, hébergeurs, office du tourisme, commune – indifférent.

Le conseil d’administration de TéléMorgins - Champoussin SA (TMCSA) a choisi de tirer la sonnette d’alarme. En proie à «de grandes difficultés financières», la société cherche 1,8 million de francs pour la fin juin (voir «Le Nouvelliste» d’hier). Une somme qui pourrait être trouvée grâce à des dons, des prêts et une augmentation du capital-actions.

Afin d’atteindre les objectifs fixés, le directoire en appelle à la générosité d’entreprises, locales ou non, et des particuliers.

Une dent contre Philippe Es-Borrat

«Les Morginois et les amoureux de la station, tout le monde doit mettre la main au porte-monnaie pour aider nos remontées mécaniques.» L’ensemble de nos interlocuteurs sont unanimes sur ce point.

Président de l’association des artisans et des commerçants du lieu, Bernard Dubosson n’en démord pas: «Si la planification globale des Portes du Soleil nous avait permis de continuer de descendre sur Bonavau où il y a chaque hiver de la neige, TMCSA n’aurait jamais perdu 4 millions sur les quatre dernières périodes de Noël. Mieux, en dix ans, on aurait réussi à thésauriser afin de pouvoir changer le télésiège de la Foilleuse. Un grand merci à l’ancien président de Val-d’Illiez Philippe Es-Borrat!»

Plus largement, pour «Bouchon», ces quatre derniers hivers ont eu des conséquences sur tout le tissu économique local. «On peut parler de baisse de 30% et plus du chiffre d’affaires pour les commerces», confirme-t-il. «Si la Foilleuse ne devait pas ouvrir l’hiver prochain? La situation serait alors très grave, notamment en matière de locations d’appartements.» Corollaire: «Ça ne sera pas simple d’engranger de grosses sommes. Par contre si les résidents secondaires et les commerçants versent chacun 1000 francs, on trouvera le montant souhaité.»

Des mots forts

Pour l’hôtelier Martial Donnet, «Morgins vit ses heures les plus terribles. On est à un tournant. Cela génère beaucoup d’inquiétudes et interpelle pour l’avenir. Notre image est écornée.» Des mots forts.

La fermeture annoncée de la Foilleuse pour cet été est une première conséquence amère: «Cela ne va pas aider en matière de réservations, souffle-t-il. Heureusement, le sens du parcours de la PassPortes a été modifié par rapport aux années précédentes, ce qui n’aura pas d’influence négative pour la station.»

«On tentera de compenser – au moins partiellement l’absence des vététistes par les adeptes du vélo électrique», ajoute, pensif, Bernard Dubosson.

Le splash maintenu

«Même si les saisons s’écourtent, je continue de croire au ski», poursuit Martiel Donnet, ex-slalomeur de Coupe du monde. «Avec mes camarades anciens skieurs (ndlr: Didier Défago, Joël Gaspoz et Yannick Ecœur), on doit se mobiliser. Reste à en définir la forme.» Président de l’office du tourisme, Tommy Stefanelli rassure: «Prévue au Géant, l’opération Splash (ndlr: le toboggan de 500 mètres) aura bien lieu du 28juillet au 6 août. Pour cet été, nous allons développer nos randonnées et nos sentiers pour l’e-bike et faire davantage découvrir nos alpages.»

La commune se bat

La situation interpelle également au niveau politique. «La commune ne reste pas les bras croisés», assure Fabrice Donnet-Monay, président de Troistorrents. «J’ai déjà rencontré le canton pour savoir s’il est disposé à nous aider. J’attends une réponse.» Et l’élu de relever: «La commune possède 11% du capital-actions de TMCSA. Ses engagements récents se montent à 2 millions de francs.»

Plaidoyer pour un regroupement

Par ailleurs, Troistorrents œuvre de concert avec Champéry et Val-d’Illiez à une refonte du système touristique de la vallée d’Illiez. «Avec comme but, notamment, de rechercher une diversification des activités», rappelle Fabrice Donnet-Monay. Président de l’Association des Portes du Soleil, Georges Coquillard analyse la situation depuis Châtel: «Je plaide pour la constitution de quatre à cinq sociétés pour l’ensemble du domaine, dont une en Suisse. A voir encore si Torgon en ferait partie ou se regrouperait avec Châtel et La Chapelle d’Abondance. La situation vécue par Morgins me conforte dans mon opinion.»

champéry et la corbeille de la mariée

Les difficultés de TéléMorgins Champoussin SA (TMCSA) déboucheront-elles sur une rapide fusion avec Télé Champéry-Crosets SA (TCCSA), garante de la gestion du domaine skiable de la première depuis décembre dernier? «Ce n’est pas du tout d’actualité», lance Pierre-Ignace Exhenry. Le président de TCCSA concède cependant: «Lorsque TéléMorgins aura été assaini, nous pourrions alors entrer dans le capital-actions (ndlr: actuellement de 2,8 millions de francs), à hauteur de 1,4 million de francs.» La création d’une unique entité pourrait alors voir le jour.

Lors de l’hiver écoulé, TCCSA a mis à disposition de sa voisine son directeur, son chef de sécurité et divers employés pour gérer son domaine «On va continuer à les soutenir, certifie le Champérolain. Il est important pour toute la vallée, tout le district, que la situation s’améliore. Le tourisme génère des centaines de places de travail.»

Le mot de la fin à Nicolas Rey-Bellet, son alter ego à TMCSA: «Si tout va par le fond à Morgins, il y aura également un effet domino pour Champéry.» fz


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top