12.10.2017, 18:00  

Le tunnel du Grand-Saint-Bernard rouvrira-t-il le 30 novembre?

Abonnés
chargement
Depuis cette poutrelle jaune, la dalle de ventilation (faux-plafond) doit être assainie sur 1500 mètres.

 12.10.2017, 18:00   Le tunnel du Grand-Saint-Bernard rouvrira-t-il le 30 novembre?

Grand-Saint-Bernard - Trois semaines après la fermeture du tunnel du Grand-Saint-Bernard, les travaux de remise en état n’ont pas encore commencé. Mais l’échéance du 30 novembre demeure d’actualité assure la Sitrasb.

Le 21 septembre dernier, le tunnel du Grand-Saint-Bernard a été complètement fermé à la circulation suite à la chute, du côté italien, d’une poutrelle de la dalle de ventilation. Trois semaines plus tard, rien, ou presque, n’a été entrepris à l’intérieur du tunnel. De quoi susciter de légitimes interrogations sur la date – 30 novembre prochain – annoncée pour sa réouverture.

 

Le tunnel du Grand-Saint-Bernard est fermé à toute circulation depuis le 21 septembre dernier....

Le 21 septembre dernier, le tunnel du Grand-Saint-Bernard a été complètement fermé à la circulation suite à la chute, du côté italien, d’une poutrelle de la dalle de ventilation. Trois semaines plus tard, rien, ou presque, n’a été entrepris à l’intérieur du tunnel. De quoi susciter de légitimes interrogations sur la date – 30 novembre prochain – annoncée pour sa réouverture.

 

Le tunnel du Grand-Saint-Bernard est fermé à toute circulation depuis le 21 septembre dernier. © CHRISTIAN HOFMANN

 

La sécurité avant tout

Depuis l’incident, plusieurs séances ont eu lieu entre les sociétés italienne (Sitrasb SpA) et suisse (TGSB SA) du tunnel, pour remédier au problème. «Les experts italiens nous ont présenté des solutions qui ont ensuite été analysées par nos propres experts», précise Olivier Français, président de TGSB et de SISEX, la société italo-suisse d’exploitation du tunnel. «Il s’agit de mettre en œuvre la meilleure solution. Mais même s’il y a urgence, Sitrasb doit nous fournir toutes les garanties liées à la sécurisation de la dalle de ventilation et au fonctionnement futur de cette dernière.» 

Une séance a encore eu lieu ce mercredi, sans qu’une décision définitive ait été prise. «Une solution se profile et devrait bientôt être arrêtée», concède Fabrice Vouilloz, directeur général de TGSB. Et au niveau du délai ? «On nous a affirmé que la date du 30 novembre est toujours d’actualité. On en prend acte et on attend», conclut Olivier Français.

 

Suite à la chute d’une poutrelle de la dalle de ventilation, à un peu plus de 1000 mètres de l’entrée du tunnel côté italien, seules quelques nouvelles poutrelles métalliques jaunes ont été installées. © CHRISTIAN HOFMANN

 

"Nous n'avons rien à cacher"

Du côté de Sitrasb, la volonté d’aller de l’avant existe. «Nous  mettons tout en œuvre pour respecter le délai du 30 novembre. Nous travaillons d’arrache-pied pour trouver une solution sûre à long terme qui satisfasse tout le monde», affirme Eloi Savin, responsable technique de Sitrasb et directeur-gérant de Sisex.

Concernant les préoccupations qui se font jour des deux côtés du tunnel en raison du manque de communication, Eloi Savin se veut pragmatique: «Nous n’avons rien à cacher, mais nous attendons qu’une solution optimale soit choisie avant de communiquer plus précisément. On espère le faire d’ici quelques jours.»

1500 mètres à assainir

Si la date du 30 novembre a été annoncée la semaine dernière pour la réouverture du tunnel, contre le 8 octobre dans un premier temps, c’est parce que le problème est plus important que prévu. «L’assainissement de la dalle de ventilation doit se faire sur une longueur de 1’500 mètres du côté italien, ce que plus personne ne conteste. Seul l’aspect technique suscite encore des discussions», souligne Olivier Français.

Du côté suisse, la sérénité est de mise puisque la dalle de ventilation été réalisée en béton armé. «Comme l’a confirmé un rapport technique datant de 2016, il n’y a pas de risque structurel relatif à cette dalle de notre côté. Ceci dit, nous avons planifié un programme d’entretien de toutes les structures en béton du tunnel d’ici 2030», affirme Fabrice Vouilloz.

 

>>A lire aussi: La fermeture est un coup dur pour la région


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top