30.10.2017Taxes de séjour: payer pour dormir chez soi ?

Les montants des nouvelles taxes de séjour qui frappent les résidences secondaires sont exorbitants. Au demeurant, a-t-on raison de parler unilatéralement de «résidences secondaires»? Ne faudrait-il pas distinguer des catégories sous cette appellation?

Ainsi, est-il raisonnable d’y rattacher les maisons de famille dont les enfants assurent l’entretien, sans but lucratif, après le décès de leurs parents. Il semble particulièrement injuste, voire révoltant, que ces enfants doivent payer pour dormir dans la maison où ils ont grandi, où leurs souvenirs d’enfance sont encore vifs, où la mémoire de leur parents est toujours présente. Par ailleurs, il s’agit d’un patrimoine à préserver, pour eux certes, mais aussi dans l’intérêt de la localité où il a été construit.

En toute logique, la maison de famille devrait être exemptée de la taxe de séjour et placée dans une catégorie autre que celle de la résidence secondaire. Cela jusqu’au moment où la famille déciderait d’en tirer un bénéfice, par exemple en la mettant en location.

Geneviève Praplan

Top