FC Sion
 13.10.2017, 11:48  

La presse suisse en accord avec les sanctions contre Christian Constantin

chargement
Christian Constantin faisait la Une des quotidiens helvétiques ce vendredi.

 13.10.2017, 11:48   La presse suisse en accord avec les sanctions contre Christian Constantin

Affaire Fringer - La presse helvétique s'est en majorité accordée à dire que la sanction pécuniaire et la suspension longue durée de terrain envers Christian Constantin sont justifiées.

Les médias helvétiques se sont plutôt montrés en accord avec la sanction des 100 000 francs et la suspension de quatorze mois de terrain dont a écopé Christian Constantin. Plusieurs quotidiens romands condamnent les agissements du président du FC Sion. «Certes, il prend moins qu’un hooligan qui aurait eu le même comportement, mais elle (la sanction) démontre que la SFL n’est plus prête à tout tolérer», lance-t-on dans «La  Tribune de Genève».

Le mentor de Tourbillon prend également pour son grade dans «La Liberté» pour qui Christian Constantin «n’a plus le totem d’immunité du football suisse». Toutefois, pour le quotidien fribourgeois, la punition davantage «symbolique» ne changera pas le président du FC Sion. «Car même privé de son joujou, Christian Constantin ne changera pas. Il continuera à user et à abuser de son image d’éternelle victime… même si les images prouvent le contraire.»

>> A lire aussi: Sanctionné, Christian Constantin sourit doucement

Le «Blick» voulait une condamnation à vie

La presse alémanique est encore plus virulente par l’entremise du «Blick» sur son site internet. «Pour un milliardaire comme Constantin, l’amende est supportable. Dans quatorze mois, il reviendra derrière le banc de son entraîneur.» Pour le journal de boulevard zurichois, la SFL «a manqué d’envoyer un message fort en condamnant Constantin à vie» et évoque «un jugement timide».

 

 

La «Tages Anzeiger» estime que la sanction est juste et que Constantin «n’est pas uniquement puni pour ce qu’il a fait à Lugano. Il est victime de sa propre personne», en rappelant ses antécédents. «Constantin est devenu ce président rebelle, qui se bat par tous les moyens pour ses intérêts et qui donne l’impression de vouloir danser sous le nez de tous, devant toutes les autorités du football à Berne.»

Le dessin de Chappatte

Plus que tous les mots, le dessin de Chappatte paru ce matin en une du «Temps» résume parfaitement le sentiment du président du FC Sion.

 

 

Le «Walliser Bote» s’interroge sur le fait que CC ait été placé au même niveau qu’un hooligan en l’interdisant de stade. «Il n’a pas provoqué d’émeute, même si son faux pas est injustifiable.» Le quotidien haut-valaisan ne souhaite toutefois pas le revoir revenir triomphant à Tourbillon «coupable ou héros».

«Une baffe n'est pas un motif suffisant»

«Le Matin» est le seul média à véritablement prendre la défense du président du FC Sion. «Qu’il (Constantin) soit privé de l’accès au terrain, aux vestiaires est compréhensible. Mais que l’accès à la tribune lui soit proscrit est contestable. Il n’est pas un hooligan, mais il est traité comme tel. Une baffe et un trop-plein d’amour-propre ne sont pas des motifs suffisants pour priver un homme d’un de ses moteurs de vie.»

>> A lire aussi: La Swiss Football League justifie ses sanctions


À lire aussi...

Affaire Fringer: le recours de Constantin confirméAffaire Fringer: le recours de Constantin confirmé

Top