FC Sion
 12.08.2017, 00:01  

Le FC Sion n’a pas de milieu

Abonnés
chargement
Karlen, Constant et leurs compères du milieu de terrain ne répondent pour l’heure pas aux espérances de leur président.

 12.08.2017, 00:01   Le FC Sion n’a pas de milieu

Le début de saison souligne cruellement les difficultés de l’équipe valaisanne à produire du jeu. Ses demis sont dans le collimateur du président.

Le FC Sion abandonne son statut de sans domicile fixe. Après avoir disputé ses quatre premières rencontres de championnat à l’extérieur, la formation sédunoise foulera la nouvelle pelouse du stade de Tourbillon dans huit jours face à Lucerne. Le voyageur improvisé rapatrie plus d’interrogations sur son réel potentiel que de certitudes dans son jeu après la défaite concédée...

Le FC Sion abandonne son statut de sans domicile fixe. Après avoir disputé ses quatre premières rencontres de championnat à l’extérieur, la formation sédunoise foulera la nouvelle pelouse du stade de Tourbillon dans huit jours face à Lucerne. Le voyageur improvisé rapatrie plus d’interrogations sur son réel potentiel que de certitudes dans son jeu après la défaite concédée face à Zurich jeudi. Un deuxième revers de rang intervenu en l’absence de Christian Constantin. Le président du club valaisan zappe le déplacement du Letzigrund parce que «je m’énerve trop et encore plus quand je signe les fiches de salaire».

Soutien à Tramezzani

Le message est clair. Quatre points en autant de sorties sur la route ne le satisfont pas. «Ce qui m’embête le plus est le manque d’implication de certains éléments, enchaîne-t-il. Sans parler que certains de mes joueurs se voient différents de ce qu’ils sont réellement. Ils s’arrêtent sur leurs qualités et ils ignorent leurs défauts. C’est plutôt embêtant quand tu dois progresser.» L’irritation présidentielle cible les joueurs. Elle épargne Paolo Tramezzani qui «travaille et qui est aussi sanguin que moi. Il ne faut surtout pas qu’il change.» Le technicien italien ne dispose pas d’un chèque en blanc, mais il bénéficie, légitimement, des circonstances atténuantes. «Nous avons un effectif en pleine mutation et le championnat a déjà commencé. C’est là notre problème majeur. L’équipe n’est pas encore là. Cela dit, deux défaites, ça suffit.»

Presque fait pour Christian Zock

Le changement de système de jeu a permis de découvrir une progression face à Zurich. Elle s’est effacée dès l’ouverture de la marque. «Notre milieu de terrain est totalement défaillant. Comment faire rouler une voiture quand le moteur ne fonctionne pas? Il y aura encore plusieurs changements dans ce secteur. Je m’occuperai de ce que je dois faire.» Absent de la feuille de match du FC Schaffhouse contre Aarau jeudi soir, Christian Zock a déjà plus qu’un crampon en Valais. «Nous arrivons au bout de ce dossier», confirme Christian Constantin. La puissance de l’international camerounais et l’expérience de Burim Kukeli, débarqué de Zurich en cours de semaine, élargiront la marge de manœuvre de Paolo Tramezzani dans l’axe.

Manque de caractère

Christian Zock et Burim Kukeli ont-ils la personnalité pour permettre à la formation valaisanne de surmonter l’une de ses carences récurrentes? Sion s’est imposé en Super League lors des deux matchs qui l’ont vu ouvrir la marque. Il s’est incliné lorsqu’il a concédé le premier but. Cette incapacité à remonter un résultat déficitaire ne date pas de cette saison. Durant l’ensemble du dernier exercice, soit trente-six journées, la formation sédunoise n’a remporté que deux succès après avoir été menée 0-1. L’adversaire était le même à deux reprises, le FC Vaduz dont la saison s’est terminée par une relégation.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top