09.11.2017, 17:00

De la Toile à la toile, le pari d'un instagrameur valaisan qui expose à Sierre

Abonnés
chargement
1/2  

 09.11.2017, 17:00 De la Toile à la toile, le pari d'un instagrameur valaisan qui expose à Sierre

PHOTOGRAPHIE Reconnu pour ses clichés léchés postés sur Instagram, le Valaisan Patrick Güller a choisi de les matérialiser dans une exposition fraîche et spontanée. Immersion.

Mercredi, 12 h 50. On pousse les portes des Halles Usego à Sierre. Les murs sont encore nus. Seuls un ou deux tableaux disséminés ça et là commencent à habiller le vaste espace d’un ton nivéen. Affairé à l’accrochage d’une photographie, Patrick Güller vient à nous, souriant. Pas trace de stress à quelques heures du vernissage de son exposition...

Mercredi, 12 h 50. On pousse les portes des Halles Usego à Sierre. Les murs sont encore nus. Seuls un ou deux tableaux disséminés ça et là commencent à habiller le vaste espace d’un ton nivéen. Affairé à l’accrochage d’une photographie, Patrick Güller vient à nous, souriant. Pas trace de stress à quelques heures du vernissage de son exposition «Out There». Connu mondialement pour ses clichés postés sur Instagram, le Valaisan se sentait un peu bridé par l’écran de son smartphone. Et ses photographies majestueuses de paysages essentiellement alpins avaient besoin de s’émanciper pour donner leur pleine mesure. 

Le jeune homme de 21 ans, étudiant à l’Université de Saint-Gall, ne voit pas de paradoxe à vouloir matérialiser ce qui est par essence numérique. «C’est une manière de renouveler l’approche des photos. On zappe moins face à un grand format, on y porte plus d’attention.» Sur ses trente mille captures réalisées entre 2015 et 2017, l’influenceur en a sélectionné vingt-neuf. «Ce sont des coups de cœur rappelant de bons souvenirs ou des images que je juge spécialement esthétiques», explique le Contheysan, qui a eu seul l’initiative de cet accrochage.

 

«Nuages lointains»: le fascinant Bietschhorn vu du col de Fenestral en juillet 2016. ©Patrick Güller

>> A lire aussi: Patrick Güller, un «touriste» à suivre

Moins de clics, plus de partage 

«J’avais envie de rassembler ces clichés dans un même lieu pour que les gens échangent entre eux, qu’il y ait un vrai partage.» Un instagrameur qui expose, la démarche est un brin iconoclaste, les réseaux sociaux servant plus couramment de caisse de résonance aux photographes en mal de reconnaissance. Modeste, Patrick ne veut pas s’ériger en parangon. «Exposer me permet de toucher un public différent, pas forcément connecté. C’est une richesse aussi.» Pour l’exploiter un maximum, il tâchera d’être le plus présent possible durant les quatre jours de l'exposition. «Je vais vivre ici cette fin de semaine», lance-t-il malicieusement en montrant du doigt une tente de bivouac qui sert à découper l’espace.

 

Patrick Güller cherche toujours des angles inédits pour sublimer des paysages connus. ©Patrick Güller

 

S’il avoue avoir moins de temps à consacrer à sa passion du fait de ses études, il éprouve toujours le besoin d’explorer les vastes étendues et de les capturer dans son boîtier. Avec un sens aiguisé du cadrage, il faut bien l’avouer. Un talent inné? «Disons qu’on peut avoir des prédispositions, mais après, ça s’entraîne.» De randonneur en baskets, il est aussi passé à alpiniste aguerri. «Je me donne les moyens d’atteindre des lieux plus reculés, mais sans prendre trop de risques non plus», précise-t-il. Et se permet-il de retoucher beaucoup ses images? «Retoucher, ce n’est pas le bon mot. Je les travaille pour faire ressortir une émotion, un élément phare, mais toujours dans un souci d’authenticité.» Authentique, Patrick Güller l’est assurément. Unique aussi. On continuera à l’avoir à l’œil. 

 

 

«Out There» de Patrick Güller, Halles Usego, rue du Stade 17 à Sierre. Du jeudi 9 novembre au dimanche 12 novembre. Entrée libre.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top