16.05.2018, 16:01

Vétroz: la musique rythme sa vie depuis soixante ans

chargement
Bernard Sauthier est très apprécié au sein de sa formation.

 16.05.2018, 16:01 Vétroz: la musique rythme sa vie depuis soixante ans

Festival Membre de la Concordia de 72 printemps, Bernard Sauthier participera ce week-end à Vétroz au 103e Festival des fanfares démocrates chrétiennes du Centre.

Lorsqu’on comptabilise soixante ans de musique, on a le droit d’être fier et de le chanter haut et fort. Bernard Sauthier préfère rester fidèle à lui-même, convivial et modeste. «C’est un homme discret sur qui on peut toujours compter, il est très apprécié», explique Joël Germanier, président de la Concordia de Vétroz qui organise ce week-end le Festival des fanfares démocrates chrétiennes du Centre. Daniel Vergère, un ami musicien, le dit aussi dévoué.

Le ton est donné. Celui qui joue du baryton aime s’engager en faveur de son prochain. D’ailleurs il a même retroussé ses manches pour participer au montage de la cantine de fête.

Mais il n’est pas le seul. Sa femme Marianne parle «d’une belle solidarité dans les rangs, comme dans une grande famille». Elle a raison d’utiliser ce terme qui renvoie à l’histoire de l’ensemble. Jean-Pierre, grand-père de Bernard Sauthier, était l’un des membres fondateurs de la Concordia en 1907 qui est devenue au fil du temps brass band visant l’excellence. «Aujourd’hui, l’un de mes fils, Nicolas, et mon petit-fils Corentin sont percussionnistes.»

Le mélange des générations lui plaît

La musique a rythmé son adolescence mais aussi sa vie d’adulte puisqu’il a fait ses premiers pas à 12 ans à l’Edelweiss d’Orsières où il résidait. «Ce sont mes copains qui m’ont entraîné et l’ambiance me plaisait.»

Doyen d’une fanfare qu’il a rejointe il y a 44 ans et dont la moyenne d’âge est de 35 ans, il affectionne le mélange de générations. «On devient ainsi vieux un peu plus tard», commente en riant celui qui a commencé au cornet pour poursuivre avec un bugle puis un alto. Il a encore accepté de remplacer un membre de la Perséverante de Conthey. «On m’avait demandé de venir pour une année et je suis resté une décennie.»

Les maths et le goût des notes

Professeur de mathématiques à l’école normale des filles puis au lycée-collège de la Planta, il a le sens du devoir chevillé au corps et le goût des notes. «Je n’ai pratiquement jamais manqué de répétitions.» Et il s’entraîne tous les jours ou presque une heure pour cette formation qui a remporté de nombreux titres au niveau valaisan, national et même international.

Il a toujours eu envie de se dépasser depuis qu’il a suivi une prestation de La Gus de Manchester au début des années 60. «J’ai été impressionné, c’était d’une telle beauté.»

Bertrand Moren, qui dirige la Concordia, salue tout le travail accompli aussi bien au niveau musical que participatif et lui rend hommage. «Il a valeur d’exemple.»

Passionné d’opéra, Bernard Sauthier tient à la sonorité. Seul un son ne l’enthousiasme pas: celui de la sonnerie du téléphone portable. Il n’en veut pas. On vous l’a annoncé, il préfère le contact humain.

 

A lire aussi: Vétroz: Bertrand Moren vivra son premier concert à la tête de la fanfare La Concordia

 

Trois jours de fête

Le programme du 103e Festival des fanfares démocrates chrétiennes du Centre débutera ce vendredi par une comédie musicale avec la participation des enfants des écoles primaires.

Samedi, un concours de marche réunissant douze sociétés débutera à 14 h 30. Puis, en soirée, Vétroz redeviendra Vertriacum pour un banquet romain.

Dimanche, 19 sociétés prendront part au défilé dès 10 h 30. Point d’orgue de la journée: le morceau d’ensemble «Ave…Troz», de Bertrand Moren. La manifestation s’achèvera en fin d’après-midi par une production de l’Avenir de Fully, organisatrice de la 104e édition en 2019.

 

En savoir plus: Programme détaillé du festival


Top