13.01.2018, 00:01

Sion, une bonne adresse pour relancer sa carrière

Abonnés
chargement
Sami El Assaoui (No7), avait marqué contre GE Servette en Coupe de Suisse. Il avait effectué un test en décembre avec le club genevois.

 13.01.2018, 00:01 Sion, une bonne adresse pour relancer sa carrière

HOCKEY SUR GLACE Trois joueurs ont profité de la Swiss Regio League et du HC Sion pour relancer leur carrière. Deux d’entre eux évoluent de nouveau en ligue nationale.

Si la Swiss Regio League (SRL) ne fait pas, encore, l’unanimité, elle a déjà conquis les techniciens quant à son niveau de jeu. Il est suffisamment relevé pour permettre à certains joueurs, à l’instar de trois Sédunois et d’Alban Rexha – désormais à Olten – de taper dans l’œil des clubs de ligue nationale. Thomas Heinimann, prêté par GE...

Si la Swiss Regio League (SRL) ne fait pas, encore, l’unanimité, elle a déjà conquis les techniciens quant à son niveau de jeu. Il est suffisamment relevé pour permettre à certains joueurs, à l’instar de trois Sédunois et d’Alban Rexha – désormais à Olten – de taper dans l’œil des clubs de ligue nationale. Thomas Heinimann, prêté par GE Servette, est désormais titulaire en National League. Sami El Assaoui a failli le rejoindre. Il joue désormais à Thurgovie. Quant à Colin Loeffel, il a été sollicité par Ajoie. Preuve que la Swiss Regio League peut servir de tremplin aux jeunes. Et que Sion, aussi, est une bonne adresse pour les joueurs qui rêvent encore de ligue nationale. «Mes sept matchs en Valais m’ont aidé à reprendre confiance et à me relancer, confirme Thomas Heinimann. Ces trois cas sont une bonne référence pour le HC Sion. J’ai été surpris par le niveau de cette ligue. Il y a pas mal de jeunes qui auraient le niveau de la Swiss League.»

Des amateurs très impliqués

Sami El Assaoui se dit surpris par «la motivation de ces amateurs qui aiment plus leur sport que certains professionnels que j’ai pu côtoyer ailleurs». Il relève également le niveau de jeu. «Il y a de la vitesse, les transitions sont rapides. Le système est assez proche de celui pratiqué en Swiss League. A Thurgovie, je n’ai eu aucun souci pour retrouver le rythme et m’adapter rapidement.»

Colin Loeffel, lui, évoque même une très agréable surprise. «C’était l’inconnu en début de saison vis-à-vis d’une ligue qui n’était ni professionnelle ni amateur. Nous étions des cobayes. Aujourd’hui, tous les observateurs se rejoignent pour affirmer que le niveau de jeu est très intéressant. Les matchs sont plus serrés, structurés et physiques qu’en première ligue. Le seul bémol, c’est qu’il n’y a pas assez de techniciens des clubs de ligue nationale qui s’intéressent à la SRL. Elle n’a pas encore gagné sa crédibilité. Pour les joueurs, le pas à franchir est moins important que par le passé.»

Le poids des statistiques

Sami El Assaoui, 26 ans, a déjà roulé sa bosse en LNA et en LNB. Invité par GE Servette, celui-ci a dû renoncer pour des motifs extrasportifs. Le défenseur a rebondi à Thurgovie, en Swiss League. Ses statistiques – 27 points en 14 matchs – ont joué en sa faveur. «Thurgovie n’est pas venu me voir, confirme-t-il, un rien étonné. Au vu des statistiques, ils en ont déduit que je faisais le job en bas. Les clubs de SRL, plutôt que de miser sur des «vieux» qui coûtent probablement plus cher, feraient mieux de miser sur les meilleurs juniors élites sortant. La ligue devrait aussi limiter le nombre de joueurs de plus de 23 ans. Ainsi, les clubs de ligue nationale seraient obligés de faire du «scouting» en Swiss Regio League.»

Presque une punition

Thomas Heinimann, 21 ans, 8 points en 7 matchs, ne s’est pas éternisé en troisième division. «Au début, j’étais un peu déçu d’avoir été envoyé à Sion. Dans mon esprit, c’était la première ligue, presque une punition. Or, un petit mois a suffi à me relancer. A Genève, ils étaient surpris de mon développement. Je me dis qu’en Swiss League, je n’aurais pas eu autant de temps de jeu et de responsabilités. A Sion, j’ai pu reprendre confiance.»

Colin Loeffel, 23 ans, a déjà près de 100 matchs de LNB dans les jambes. Récemment, il a été appelé par Ajoie où il aurait probablement pu prolonger sa pige. Ses 36 points en 24 matchs, avec le HC Sion, sont loin d’être anecdotiques. «J’ai eu le sentiment, c’est vrai, qu’Ajoie m’aurait volontiers conservé. D’ailleurs, j’y retournerai fin janvier pour quelques matchs. En prolongeant à Sion, je ne pensais pas à la ligue nationale. Par contre, j’attendais un coup de fil. J’ai pu m’entraîner quelques jours à Biasca durant les Fêtes avant qu’Ajoie me sollicite. J’ai pu jouer quelques gros matchs en ayant un temps de glace intéressant. Cette expérience m’a redonné l’envie de retrouver ce niveau.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top