10.11.2017, 00:01

Marquez en position de force avant le GP de Valence

Abonnés
chargement
Marquez en position de force avant le GP de Valence

 10.11.2017, 00:01 Marquez en position de force avant le GP de Valence

Alors que les titres mondiaux sont déjà décernés en Moto2 (Franco Morbidelli) et Moto3 (Joan Mir), un semblant d’incertitude demeure dans la catégorie reine. L’Italien Andrea Dovizioso (Ducati) a en effet retardé le sacre de Marquez en s’imposant à Sepang lors du GP de Malaisie.

Mais «Dovi» sait bien...

Alors que les titres mondiaux sont déjà décernés en Moto2 (Franco Morbidelli) et Moto3 (Joan Mir), un semblant d’incertitude demeure dans la catégorie reine. L’Italien Andrea Dovizioso (Ducati) a en effet retardé le sacre de Marquez en s’imposant à Sepang lors du GP de Malaisie.

Mais «Dovi» sait bien que ses chances de décrocher sa première couronne mondiale depuis celle obtenue en 2004 en 125 cm3 – un an avant Thomas Lüthi – ne tiennent qu’à un fil. Le pilote transalpin doit d’une part s’imposer à Valence et, de l’autre, son rival Marquez ne doit pas finir parmi les onze premiers.

Sur du velours

En cas de succès de Dovizioso et de 12e place de Marquez, les deux hommes totaliseraient alors 286 points. L’Italien serait sacré au bénéfice du nombre de victoires: il en aurait sept sur la saison, contre six pour l’Espagnol.

Marc Marquez semble donc pouvoir jouer sur du velours et assurer tranquillement une place d’honneur. Et Dovizioso n’a pas encore course gagnée non plus, plusieurs candidats voulant finir la saison sur une victoire, à commencer par les Yamaha d’usine de Valentino Rossi et Maverick Vinales. Dani Pedrosa (Honda) espère lui aussi briller.

Le danger pour Marquez peut venir d’un problème mécanique, ou d’un autre impondérable comme une chute directe ou provoquée par un autre pilote. Le numéro 93 aura donc tout avantage à faire preuve de prudence pour aller toucher sa récompense sous la forme d’un sixième titre mondial après ceux de 2010 (125 cm3), 2012 (Moto2), 2013, 2014 et 2016 (MotoGP).

Une dernier tour de piste pour Jesko Raffin

En Moto2, en l’absence de Thomas Lüthi, blessé mais assuré d’un deuxième titre honorifique consécutif de vice-champion du monde, deux Suisses seulement seront au départ. Dominique Aegerter (Suter), durement touché avant le GP de Malaisie par le décès subit d’un des patrons de son team, espère finir en beauté.

Son avenir dans la catégorie n’est pas encore totalement assuré. Selon les derniers bruits, son team actuel serait racheté, mais disputerait la saison 2018 avec la même structure, non plus sur des Suter, mais des KTM. Cela reste cependant encore à confirmer officiellement.

Quant au Zurichois Jesko Raffin (Kalex), il disputera son dernier GP en Moto2, les organisateurs du championnat ne l’ayant pas retenu pour la saison prochaine, cela même alors qu’il a obtenu de meilleurs résultats que d’autres qui seront encore au départ en 2018. Raffin, qui a traversé un été difficile suite à des problèmes familiaux, ne sait pas encore de quoi son avenir sportif sera fait.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top