14.10.2017, 00:01

Un jeune amoureux de la terre

Abonnés
chargement
Yanis Sarrasin, complice avec Lila. L’Orsiérain baigne dans le monde agricole depuis tout petit.

 14.10.2017, 00:01 Un jeune amoureux de la terre

ORSIÈRES Yanis Sarrasin est devenu champion d’Europe d’agriculture. Une consécration pour cet Orsiérain qui a grandi entre les vaches et les brebis de son papa.

le calme avec lequel il parle à Lila, sa génisse, est saisissant. Du haut de ses 18 ans, Yanis Sarrasin sait se faire obéir sans hausser la voix. Entre lui et sa reine, le feeling semble passer naturellement. «Elle aime qu’on la câline», confie-t-il.

Le 30 septembre dernier, l’Orsiérain est devenu champion d’Europe d’agriculture lors des Agrolympics de...

le calme avec lequel il parle à Lila, sa génisse, est saisissant. Du haut de ses 18 ans, Yanis Sarrasin sait se faire obéir sans hausser la voix. Entre lui et sa reine, le feeling semble passer naturellement. «Elle aime qu’on la câline», confie-t-il.

Le 30 septembre dernier, l’Orsiérain est devenu champion d’Europe d’agriculture lors des Agrolympics de Burgstädt, en Allemagne (voir «Le Nouvelliste» du 7 octobre). Une consécration pour celui qui baigne dans le monde agricole depuis sa plus tendre enfance. «Mon père et mon grand-père ont monté leur exploitation en 1998. Je suis né une année plus tard. Ces terres, j’en ai rapidement fait mon jardin de jeu favori.»

Lorsqu’il n’est pas en classe, c’est aux côtés des vaches et des brebis de son père que le petit Yanis passe son temps libre. Très vite, la passion se mue en vocation. En 2014, le cycle d’orientation terminé, il s’inscrit à l’école d’agriculture de Châteauneuf. «En parallèle, j’ai effectué mes trois ans d’apprentissage dans l’exploitation de Sébastien Sauthier, à Vollèges

épreuves physiques et intellectuelles

Sur les bancs de Châteauneuf, l’agriculteur en herbe cumule les bonnes notes. Il termine trois années premier de classe. Jean-Luc Moulin, l’un de ses anciens professeurs, se souvient d’un jeune avide d’apprendre. «Il a investi énormément d’énergie dans sa formation. Les résultats scolaires n’ont fait que suivre.» Des résultats qui lui ont permis de représenter la Suisse lors des récents championnats d’Europe d’agriculture.

Durant les deux jours de compétition, Yanis et ses trois compatriotes helvétiques ont surclassé les dix-neuf autres équipes du continent. Construction de murs, travaux de manutention à la fourche ou démontage de machines agricoles comptent parmi les tâches auxquelles les agriculteurs ont dû se plier. Et puisque le métier n’est pas que manuel, diverses épreuves mentales ont jalonné le concours. «Nous devions par exemple estimer le poids d’une bête ou calculer des doses d’engrais», se remémore Yanis Sarrasin.

Un travail d’équipe

En tête dès le premier tour, l’équipe suisse n’a jamais quitté le haut du podium. Plutôt pas mal quand on sait que ses membres ne se connaissaient ni d’Eve ni d’Adam avant cela. La recette de ce succès, l’Orsiérain l’explique par la complémentarité des profils. «L’un de mes collègues avait une formation en mécanique. D’autres étaient plus portés sur les chiffres. Cette victoire provient d’un vrai travail d’équipe.»

Restée au pays, la famille de Yanis a suivi le déroulé de la compétition via SMS. Fier de son fils, le papa Benoît raconte l’avoir soutenu depuis ses débuts. «Mais je l’ai aussi toujours conseillé d’avoir une roue de secours. Car dans notre branche, tout va très vite. Nous dépendons des subventions de l’Etat mais aussi de la venue, ou non, du loup dans nos vallées.»

Suivant les recommandations de son père, Yanis s’apprête désormais à entamer un brevet d’agriculteur. «Sur le plus long terme, cette formation complétée par une maîtrise pourrait me permettre d’enseigner.» Et d’ainsi transmettre son amour de la terre aux générations suivantes.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top