08.11.2017, 05:30

L'enquête sur le drame de Daillon est close

Abonnés
chargement
Le meurtrier de Daillon est jugé irresponsable par les experts psychiatriques.

 08.11.2017, 05:30 L'enquête sur le drame de Daillon est close

Justice Quatre ans après les faits, le ministère public estime que l'enquête est terminée. Le prévenu est jugé irresponsable selon les experts.

Quatre ans après la tuerie de Daillon qui avait fait trois victimes et deux blessés, l’enquête est close. La procureure chargée du dossier retient notamment les chefs d’accusation suivants: l’assassinat, le dommage à la propriété, le délit à la loi fédérale sur les armes et la contravention à la loi fédérale sur les stupéfiants. Cependant, le tueur doit être...

Quatre ans après la tuerie de Daillon qui avait fait trois victimes et deux blessés, l’enquête est close. La procureure chargée du dossier retient notamment les chefs d’accusation suivants: l’assassinat, le dommage à la propriété, le délit à la loi fédérale sur les armes et la contravention à la loi fédérale sur les stupéfiants. Cependant, le tueur doit être considéré comme irresponsable. Selon Catherine Seppey, «deux expertises psychiatriques ont retenu que le prévenu était en état d’irresponsabilité totale lorsqu’il a commis les actes du 2 janvier 2013».


La nuit du drame


Cette nuit-là, le prévenu, ivre et vociférant dans les rues de Daillon, abat trois femmes et blesse deux hommes. La fusillade débute peu avant 
21 heures, et le tireur est interpellé par le groupe d’intervention trois quarts d’heure plus tard. Selon les documents que nous avons pu consulter, trente coups de feu ont été tirés au moyen de deux armes, un fusil de chasse et un mousqueton 1931; 129 cartouches ont également été retrouvées, réparties sur lui et à l’extérieur de sa maison.

L’enquête démontre également qu’au moment des faits, le tireur présentait un taux d’alcool d’au moins 1,75‰ mais qu’il n’était pas sous l’emprise de drogue.


Au tribunal de décider


La procureure compte envoyer le dossier au Tribunal d’arrondissement pour les districts d’Hérens et Conthey. Les parties ont jusqu’à la fin du mois de novembre pour requérir d’éventuelles nouvelles preuves. Une fois saisi, le Tribunal d’arrondissement donnera aux plaignants l’occasion de s’exprimer sur la proposition du Ministère public, en particulier sur la question de l’irresponsabilité. Si l’irresponsabilité devait être retenue, le tueur devrait subir une mesure d’internement ou une mesure thérapeutique institutionnelle dans un établissement approprié.

La décision de la procureure provoque des réactions contrastées parmi les avocats des victimes. Si certains se satisfont de la procédure pour prévenu irresponsable et espèrent une clôture rapide du dossier, d’autres envisagent des actions pour obtenir une procédure normale.

Les réactions des avocats


Béatrice Pilloud
Avocate de la famille de l’une des victimes
«La procédure pour prévenu irresponsable est peu utilisée surtout pour des affaires de cette ampleur. Le tribunal pourrait très bien décider de renvoyer le dossier et mettre en route une procédure ordinaire. Nous n’avons pas encore décidé des démarches que nous allons entamer. Un point nous pose problème dans le dossier: les deux experts psychiatres n’ont pas les mêmes recommandations et ne proposent pas les mêmes mesures. Nous souhaiterions qu’ils parviennent à se mettre d’accord. Mes clients désirent aujourd’hui faire leur deuil en toute sérénité.»

Julien Ribordy
Avocat de l’une des victimes
«Mes mandants veulent tourner la page. Cela fait bientôt cinq ans que ce drame est survenu, il est temps d’aller de l’avant d’autant que la partie plaignante aura l’occasion de s’exprimer sur ses prétentions civiles. A nos yeux, l’important c’est la mesure et pas forcément la peine. Nous attendons de voir les compléments éventuellement requis par les autres parties mais les experts recommandent soit une mesure d’internement soit un traitement institutionnel. Pour mes clients, l’essentiel c’est que cette personne soit mise à l’écart de la population le plus longtemps possible.»

Jean-Luc Addor
Avocat de deux personnes dont une blessée
«Je déplore déjà la lenteur de la procédure. Cela fait presque un an que plus rien ne s’est passé dans ce dossier. Concernant la procédure pour prévenu irresponsable, je trouve que c’est un signal fâcheux pour les victimes et la population. Je ne dis pas que c’est 
la volonté du Ministère public mais cela donne l’impression d’un règlement en catimini alors que cette affaire qui a marqué tout 
un village mériterait un procès public. Je pense qu’en prenant cette mesure, la procureur préjuge de l’irresponsabilité du tireur et que ce n’est pas son rôle. Il faut laisser la plus grande marge à l’autorité de jugement. Nous allons voir quelle suite donner pour obtenir un procès normal.» 
 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

JUSTICEL'enquête sur la tuerie de Daillon prend du retardL'enquête sur la tuerie de Daillon prend du retard

JUSTICELe tueur de Daillon était une bombe à retardementLe tueur de Daillon était une bombe à retardement

Top