11.11.2017, 00:01

Publibike passe la deuxième

Abonnés
chargement
Publibike passe la deuxième

 11.11.2017, 00:01 Publibike passe la deuxième

SION Le réseau de vélos en libre-service va s’agrandir et se moderniser.

Lancé en 2010 dans les rues de la capitale, le réseau Publibike s’offre un lifting bienvenu. Les sept stations actuelles vont être prochainement adaptées aux nouvelles technologies, le réseau sera enrichi de vélos plus légers, dont la moitié électrique et une station sera mise à l’essai au sud de la gare. Après cette transformation, Sion comptera 36 vélos supplémentaires...

Lancé en 2010 dans les rues de la capitale, le réseau Publibike s’offre un lifting bienvenu. Les sept stations actuelles vont être prochainement adaptées aux nouvelles technologies, le réseau sera enrichi de vélos plus légers, dont la moitié électrique et une station sera mise à l’essai au sud de la gare. Après cette transformation, Sion comptera 36 vélos supplémentaires dont 18 électriques. Le remplacement des vélos se fera progressivement jusqu’au 13 décembre.

Autre nouveauté de taille, l’utilisation du smartphone pour louer les vélos via une application qui devrait grandement faciliter la vie des utilisateurs. Cette application indiquera notamment la localisation des stations et le nombre de vélos disponibles.

Ce lifting surprend lorsque l’on sait que la Ville de Sion qui participe financièrement depuis le début de l’aventure souhaitait réfléchir à l’avenir du concept. «Nous avions effectivement entamé une réflexion car nous n’étions pas satisfaits de certains points», indique Christophe Clivaz, conseiller municipal en charge de la mobilité. Les améliorations proposées par le réseau ont cependant convaincu l’Exécutif. «Désormais, nous ne participerons plus financièrement aux investissements notamment à la réalisation des stations. Stations qui demanderont de toute façon de moins gros travaux de génie civil qu’auparavant car le système a été modernisé. Notre contribution servira aux frais d’exploitation.»

L’évolution du modèle d’affaires a aussi pesé dans la balance. «Publibike va approcher des entreprises pour leur proposer leur propre station. C’est notamment déjà le cas de Swisscom, de l’Hôpital du Valais et de l’Institut universitaire Kurt Bösch. Nous trouvons aussi intéressant d’avoir pensé à des bicyclettes électriques».

Reste que malgré ces améliorations, Christophe Clivaz prévient que la municipalité sédunoise continuera de surveiller attentivement l’évolution de ce service.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top